Xavier Bettel, Étienne Schneider et Jean Asselborn au sommet de l’OTAN à Bruxelles

Le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, le Vice-Premier ministre et ministre de la Défense, Étienne Schneider, et le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, ont participé au sommet de l’OTAN qui s’est tenu à Bruxelles les 11 et 12 juillet 2018.

  1. ©ME

    André Reichling, Xavier Bettel, Donald Trump et le général Alain Duschène
  2. ©ME

    Xavier Bettel, Donald Trump et Étienne Schneider au Sommet de l’OTAN
  3. ©ME

    Étienne Schneider, André Reichling, Xavier Bettel, Donald Trump, Emmanuel Macron et le général Alain Duschène devant la musique militaire de l’armé luxembourgeoise
  4. ©ME

    Xavier Bettel et Donald Trump avec la musique militaire de l’armé luxembourgeoise
  5. ©ME

    Xavier Bettel et Donald Trump en compagnie du compositeur de l’hymne de l’OTAN, le Luxembourgeois André Reichling
  6. ©ME

    La musique militaire luxembourgeoise lors de la cérémonie d’ouverture du Sommet de l’OTAN

 

Au centre des discussions du sommet, qui a réuni les chefs d’État et de gouvernement, les ministres des Affaires étrangères et ministres de la Défense des 29 membres de l’Alliance, figuraient notamment la question du partage du fardeau, l’intensification de la lutte contre le terrorisme, l’amélioration de la cyber défense et les défis actuels pour la sécurité euro-atlantique, y compris la Russie.

L’approche stratégique pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, les partenariats de l’OTAN, ainsi que l’adaptation et la modernisation de l’Alliance figuraient aussi à l’ordre du jour. Finalement, les pays membres ont abordé le renforcement de la coopération entre l’OTAN et l’Union européenne.

"L’OTAN est forte parce qu’elle repose depuis sa création en 1949 sur l’unité et la solidarité entre l’Amérique du Nord et l’Europe dans la défense de nos valeurs et de nos intérêts communs et c’est grâce à l’Alliance que le Luxembourg a vécu plus de 70 ans de paix et de prospérité", a déclaré Xavier Bettel lors du sommet. "Mon pays est conscient de la nécessité d’investir dans la sécurité de notre continent et le Luxembourg assumera sa part de responsabilité dans un esprit de solidarité de partage du fardeau".

"L’OTAN joue un rôle central pour le partenariat transatlantique et pour faire face aux défis en termes de sécurité externe et interne engendrés par une situation internationale détériorée. Pour que le Grand-Duché maintienne sa réputation d'acteur crédible et fiable au niveau international, les investissements dans la politique de défense devront être poursuivis, dans la mesure du possible en générant un retour économique pour le Luxembourg et en ayant une double finalité, civile et militaire", a dit le Vice-Premier ministre, ministre de la défense Étienne Schneider. Et de continuer: "Mais la sécurité est aussi bien plus qu’une affaire de défense. Lorsque le Luxembourg investit 1% dans l’aide publique au développement et l’aide humanitaire, il s’agit là aussi d’une contribution à la sécurité. Si beaucoup de pays en faisaient autant, il y aurait beaucoup moins de conflits dans le monde".

Faisant remarquer que la sécurité va au-delà de la seule défense, Jean Asselborn a plaidé pour que les discussions au sein de l’OTAN "ne se limitent pas à une approche uniquement comptable". Il a rappelé l’importance pour le Luxembourg de la coopération au développement, qui constitue un investissement améliorant les conditions de vie de personnes à travers le monde et contribue à la stabilité et la sécurité, tout comme à la prévention des conflits. Le ministre Asselborn a enfin souligné l’importance pour la paix et la sécurité internationales d’œuvrer à un multilatéralisme efficace et de renforcer le système international fondé sur la règle de droit.

 

Communiqué par le ministèren d'État / ministère des Affaires étrangères et européennes

Dernière mise à jour